La reine et ses chiens corgis, une longue histoire d'amour

De Susan, reçue pour ses 18 ans, à Fergus et Muick, acquis peu avant la mort de son époux Philip, Elizabeth II a possédé une trentaine de corgis, des petits chiens qui restent indissociables de son image.

Elizabeth II, décédée jeudi à l'âge de 96 ans, c'était une tenue unicolore, une paire de gants, un sac à main noir... et un corgi trottinant à ses côtés.

Ce chien court sur pattes, aux oreilles pointues et au long dos tire son nom du celtique "Cor gi", signifiant "chien nain". Un animal tellement lié à la monarque que lorsque celle-ci a réalisé une vidéo aux côtés de James Bond - interprété par Daniel Craig - à l'occasion des jeux Olympiques d'été de 2012 à Londres, ses compagnons à quatre pattes figuraient au casting.

Plusieurs ont aussi été immortalisés aux côtés de la souveraine sur des photos officielles ou des tableaux. Moins solennel, la boutique du palais de Buckingham propose peluches ou porte-clés à leur effigie, à moins qu'on ne préfère les chaussettes aux imprimés canins, pour une touche d'excentricité so british.

La jeune Elizabeth a découvert enfant cette race de chiens, lorsque son père le roi George VI a introduit Dookie dans la famille en 1933.

Ce fut le début d'une longue passion pour la reine qui a élevé plusieurs générations de corgis depuis Susan.

- Du corgi au dorgi -

Le dernier descendant de cette dynastie, Willow, est décédé en avril 2018, laissant la reine sans corgis. Mais Elizabeth II a décidé d'acquérir deux chiots en mars 2021, une façon peut-être de chercher du réconfort dans une période difficile.

Son époux le prince Philip, 99 ans, vivait ses dernières semaines et la famille royale était secouée par une crise, accusée de racisme par le prince Harry et son épouse Meghan depuis les Etats-Unis.

Lorsqu'elle avait été présentée à la reine, Meghan Markle avait pourtant passé une épreuve avec succès: "Les corgis l'ont adoptée tout de suite", avait assuré le prince Harry lors d'une interview donnée à l'occasion de l'annonce de leurs fiançailles en novembre 2017.

"Cela fait 33 ans qu'ils m'aboient dessus. Elle entre, rien..." avait-il comparé avec un certain dépit.

La reine s'est aussi appuyé sur ces petits animaux pour détendre ses invités, comme l'a raconté le chirurgien de guerre David Nott. Alors qu'il souffrait d'un terrible flashback lors d'un déjeuner privé au palais de Buckingham, la reine lui avait proposé de caresser ses chiens et de leur donner des biscuits.

"Pendant 20 minutes au cours de ce déjeuner, la reine et moi avons nourri les chiens. Elle l'a fait parce qu'elle savait que j'étais si gravement traumatisé", a-t-il raconté à la BBC en 2016.

Elizabeth II aimait tellement ses corgis qu'elle supervisait personnellement leur alimentation, selon "Pets by Royal Appointment", un livre consacré aux animaux de compagnie de la famille royale britannique.

- Un chien tendance -

Servis à 17 heures précises, les dîners des chiens se composaient de filet de bœuf et de blanc de poulet recouverts de sauce.

La reine a élevé des générations de corgis, avec une préférence pour la race Pembroke, mais a aussi créé le "dorgi", croisement du corgi et du teckel. Et son intérêt a suscité l'engouement de ses sujets.

"En 1944, lorsque Susan, la toute première corgi Pembroke de la reine, est née, la popularité de la race a bondi de 56%. Les chiffres ont régulièrement grimpé. Les corgis Pembroke ont connu leur apogée en 1960, sept ans après le couronnement de la reine lorsque près de 9.000 chiots ont été enregistrés. Après cette +heure de gloire+, la popularité de la race a chuté", retrace le Kennel Club, la plus grande organisation britannique consacrée à la santé et au dressage des chiens.

Après plusieurs années de désamour, Netflix est venu au secours des corgis en les représentant aux côtés d'Elizabeth II dans la série à succès "The Crown", qui retrace son règne.

Ils sont alors redevenus tendance.

Entre la diffusion de la première saison de la série en 2017 et 2020, les inscriptions de chiots corgis Pembroke ont presque doublé selon le Kennel club, qui a pu en 2018 le retirer de la liste des races en danger d'extinction.

Ils avaient également été la vedette des célébrations du jubilé en juin marquant les 70 ans de règne de la monarque, les chiens s'y déclinant alors en marionnettes géantes, sculptures colorées et même en un émoji spécial sur Twitter.

pau/bd/vg/ial/