Reims : polémique après le tournage autorisé d'un clip de rap

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
Les jeunes, sans masque, qui ne respectaient pas la distanciation sociale et possédaient des armes factices pour le clip, selon le représentant du syndicat Unité SGP Police, ont brandi un document les autorisant à tourner ce clip (photo d'illustration).
Les jeunes, sans masque, qui ne respectaient pas la distanciation sociale et possédaient des armes factices pour le clip, selon le représentant du syndicat Unité SGP Police, ont brandi un document les autorisant à tourner ce clip (photo d'illustration).

« Après ça, allez expliquer à la population qu'il faut rester chez soi et qu'on ne peut pas apporter ses courses à sa mère ! » Interrogé dans les colonnes de L'Union, Christian Pous, le secrétaire régional du syndicat Unité SGP Police, a du mal à cacher sa colère. Plusieurs de ses collègues de la brigade anti-criminalité de Reims ont dû effectuer une intervention peu banale en cette période de confinement en début de soirée, vendredi 13 novembre.

Appelés dans le quartier de la Croix-Rouge, en zone de sécurité prioritaire, ils sont tombés face à une quarantaine de jeunes? qui tournaient un clip de rap. Sur France Bleu, Christian Pous évoque « une certaine tension » à l'arrivée des forces de l'ordre, qui auraient essuyé des jets de projectiles. Les jeunes, sans masque, qui ne respectaient pas la distanciation sociale et possédaient des armes factices pour le club selon le représentant du syndicat Unité SGP Police, ont brandi un document les autorisant à tourner ce clip.

La colère du maire de Reims

Selon les informations de L'Union, ce document aurait été délivré par la sous-préfecture de la Marne. « Ce tournage avait été vu le matin en réunion de sécurité avec le sous-préfet. Ça ne relève pas de la collectivité. Nous n'avons rien autorisé du tout et n'avons aucun commentaire à faire », assure au quotidien régional Xavier Albertini, adjoint au maire de Reims délégué à la sécurité. Sur Twitter, Arnaud Robinet, le maire (LR) de la ville, a fait part de sa colère [...] Lire la suite