"On regrette que le bon déroulement du procès du 13-Novembre reste soumis à l'aléa sanitaire"

·1 min de lecture
© AFP

Le procès du 13-Novembre  a de nouveau été suspendu la semaine dernière car Salah Abdeslam  était touché par le Covid-19 . Les débats devraient reprendre mardi mais Philippe Duperron, le président de l'association 13Onze15 Fraternité-Vérité, s'inquiète des éventuels nouveaux aléas provoqués par la situation sanitaire sur le calendrier du procès des attentats de Paris et Saint-Denis. Il évoque "une semaine en pointillé" et reste "convaincu qu'aucun des acteurs de ce procès n'a d'intérêt réel à le faire traîner en longueur". Voici son récit de la semaine passée.

"Nous savions que Salah Abdeslam était contaminé par le virus du Covid-19 depuis que l'information nous avait été communiquée au cours de la trêve des confiseurs. Les audiences ont donc repris le mardi 4 mais seulement pour l'annonce par le Président Perriès du fait que l'accusé avait été soumis à un test et le renvoi à l'audience du jeudi 6. Audience du 6 au cours de laquelle nous espérions la reprise des débats et surtout l'audition de l'intéressé puisqu'il avait été annoncé que l'audition de Mohamed Abrini serait reportée à une date ultérieure non fixée.

Des débats sur la présence même de Salah Abdeslam

Les débats ont bien repris mais sur un tout autre sujet : celui de la présence de Salah Abdeslam dans le box des accusés alors qu'il était testé positif au Covid-19 et alors qu'un premier rapport de l'expert disait que celui-ci ne pourrait revenir à l'audience qu'en cas de test négatif alors que, d'une certaine manièr...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles