Les regrets de Meghan Markle et Harry après leur interview choc

·1 min de lecture

Le 7 mars dernier, l'interview explosive de Meghan Markle et du prince Harry donnée à Oprah Winfrey faisait couler beaucoup d'encre. Le couple de Sussex avait vidé son sac à la télévision américaine et sérieusement égratigné la monarchie britannique. Un entretien qui avait donné des sueurs froides à la famille royale, d'autant plus qu'il avait été diffusé alors que le prince Philip été toujours hospitalisé. Aujourd'hui, alors que le Royaume-Uni pleure la mort du prince Philip, décédé le 9 avril dernier, Meghan Markle et le prince Harry semblent avoir quelques regrets...

Une source proche de Meghan Markle et du prince Harry a expliqué qu'ils "auraient souhaité que les choses se passent différemment", mais qu'ils étaient convaincus que c'était quelque chose qu'ils devaient faire, rapporte The Sun. Le couple de Sussex espère que leur relation avec Charles, William et Kate sera meilleure "un jour". Et cette même source de souligner : "L'amour et le respect de Harry et Meghan pour le prince Philip et la reine n'ont jamais été mis en doute." Après avoir adressé leurs condoléances à la reine Elizabeth II, le prince Harry a publié deux hommages à l'attention de son grand-père tant aimé. Le duc de Sussex, qui regrette amèrement de n'avoir pu lui dire adieu, se montre "bouleversé" à l'idée qu'il ne connaîtra jamais son arrière-petite-fille.

L'heure semble donc à l'apaisement. Alors que Meghan Markle n'a pas fait le voyage pour se rendre aux obsèques du prince Philip qui se tiendront au château (...)

Lire la suite sur le site de GALA

"Je ne suis pas blonde" : Florence Portelli lamine Julien Odoul après une sortie sexiste
VIDEO - Jean-Claude Jitrois en "couple à 3" avec sa femme et un homme : il parle cash
Stressé ? Le prince Harry appelle Meghan Markle sans arrêt depuis son arrivée en Angleterre
"La Yoko Ono de la famille royale" : Meghan Markle en prend pour son grade
VIDEO - "L'émission a commencé ?" : échange surréaliste entre Pascal Praud et Alain Finkielkraut