Les regrets d'Agnès Buzyn : elle affirme avoir été " piégée "

Dès le début, elle fut en première ligne dans la lutte contre le coronavirus. Agnès Buzyn, l'ancienne ministre de la Santé, a suivi avec attention le dossier autour de cette crise sanitaire sans précédent. Mais il y a quelques semaines, l'hématologue de formation quittait le gouvernement pour briguer la mairie de Paris. Une période un peu particulière, comme elle le faisait savoir dans un article paru dans Le Monde, le 17 mars dernier : "Depuis le début, je ne pensais qu'à une seule chose : au coronavirus. On aurait dû tout arrêter, c'était une mascarade. La dernière semaine a été un cauchemar. J'avais peur à chaque meeting. J'ai vécu cette campagne de manière dissociée".

Sauf que l'article en question n'a pas vraiment été du goût des marcheurs. Et si Agnès Buzyn n'avait pas vraiment maîtrisé ce qui s'était passé ? C'est du moins l'avis de certains, comme nous l'apprend cet article de nos confrères de L'Opinion. "Elle regrette cet article, elle a eu le sentiment de s'être fait piéger", déclare l'un des participants de la première réunion post-premier tour organisée en visioconférence par l'ancienne ministre de la santé avec ses têtes de liste.

Reste désormais à savoir la tournure que va prendre la campagne d'Agnès Buzyn dans la course à la mairie de Paris. Lors du premier tour, cette dernière est arrivée en troisième position avec 17,3% des suffrages. Qu'en sera-t-il du second tour ? Pour le moment, l'incertitude demeure quant à la période à laquelle il se tiendra. Actuellement,

Retrouvez cet article sur GALA

Michel Boujenah à son tour contaminé par le coronavirus : "Je suis sonné"
Cette boulette d'Olivier Véran passée inaperçue
Enrico Macias stoïque face à la mort, depuis la disparition de sa femme : “Je n’ai plus peur”
Emmanuel Macron a-t-il rencontré le professeur Didier Raoult en catimini à l'Elysée ?
“Bella Ciao” : comment La Casa de Papel a remis au goût du jour ce chant révolutionnaire