Régionales 2021: Comme Fesneau, qui sont les ministres candidats?

Imane Lyafori
·Journaliste politique au Huffpost.
·1 min de lecture
Photographiés ici en octobre 2018 à la sortie d'un conseil des ministres, Sophie Cluzel, Marc Fesneau et Genevieve Darrieussecq sont trois ministres candidats aux régionales de juin 2021. (Photo: JACQUES DEMARTHON / AFP)
Photographiés ici en octobre 2018 à la sortie d'un conseil des ministres, Sophie Cluzel, Marc Fesneau et Genevieve Darrieussecq sont trois ministres candidats aux régionales de juin 2021. (Photo: JACQUES DEMARTHON / AFP)

POLITIQUE - Qui pour représenter le gouvernement aux prochaines élections régionales et départementales des 20 et 27 juin prochain? Ce 23 avril, Marc Fesneau, ministre des Relations avec le Parlement, vient d’officialiser sa candidature en Centre-Val de Loire pour tenter de conquérir la région actuellement détenue par le socialiste François Bonneau.

Il devient ainsi le quatrième ministre du gouvernement Castex à tenter sa chance aux prochaines échéances. D’autres pourraient encore suivre, notamment Bérangère Abba ou Brigitte Klinkert dans le Grand Est.

Découvrez qui sont ces candidats-ministres déclarés qui, s’ils viennent à être élus, devront faire un choix entre poursuivre leurs activités de ministre ou endosser le rôle de président de région.

Laurent Pietrazewski, Hauts-de-France

Laurent Pietraszewski, ministre en charge des Retraites et de la Santé au travail.(JOEL SAGET / AFP) (Photo: JOEL SAGET via AFP)
Laurent Pietraszewski, ministre en charge des Retraites et de la Santé au travail.(JOEL SAGET / AFP) (Photo: JOEL SAGET via AFP)

Laurent Pietraszewski, actuel secrétaire d’État chargé de la Santé au travail et de la réforme des retraites, se présente dans les Hauts-de-France. L’homme politique de 54 ans, qui s’est notamment fait connaître à travers une réforme des retraites qui n’a pas abouti, se présente sous l’étiquette LREM face à celui qui domine les sondages, le sortant Xavier Bertrand. Une candidature motivée par l’envie d’occuper davantage la scène politique. “Je n’ai plus l’âge de faire de la figuration. [...] J’ai travaillé à Amiens, Arras… Cette région, je l’ai découverte par mon job. C’est ce qui fait ma légitimité,” a-t-il confié à La Voix du Nord.

Seulement, l’entrée du ministre dans cette nouvelle course ne l’immunise pas contre l’irru...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.