Régionales 2021: Pourquoi Les Républicains ne veulent pas de l'accord avec LREM

Romain Herreros
·Journaliste politique
·1 min de lecture
Le président des Républicains Christian Jacob lors de ses voeux à la presse au mois de janvier (illustration) (Photo: ALAIN JOCARD via AFP)
Le président des Républicains Christian Jacob lors de ses voeux à la presse au mois de janvier (illustration) (Photo: ALAIN JOCARD via AFP)

POLITIQUE - Les Républicains ont probablement connu meilleur dimanche. Après l’annonce ce jour d’une alliance entre LREM et Renaud Muselier, président LR de Paca, dès le premier tour des élections régionales, l’état-major du parti de droite a condamné sans détour cette initiative, en retirant son investiture au successeur de Christian Estrosi.

“La peur de perdre des uns, ajouté au cynisme des autres, n’a jamais fondé une ligne politique. Le premier tour doit être celui de la clarté et de la fidélité à ses convictions, ses engagements et ses alliés naturels”, a justifié dans un communiqué le patron des LR, Christian Jacob. En réalité, cette issue n’a rien de très surprenant, le parti de la rue Vaugirard n’ayant guère d’autres options.

Car pour Les Républicains, il est tout simplement impossible de faire campagne avec un parti contre lequel ils s’opposent au Parlement. “Voir des élus En marche ! sur une liste LR conduirait les électeurs à penser que la droite roule pour Macron et à faire le jeu du Rassemblement national”, alertait dans Le Monde le député du Vaucluse, Julien Aubert.

“Idiot utile”

C’est également ce que pense Pierre-Henri Dumont, député LR du Pas-de-Calais. “S’allier avec LREM c’est incompréhensible. C’est offrir la région sur un plateau au RN car c’est se priver d’une réserve de voix au second tour”, explique au HuffPost le parlementaire, qui estime que la décision de Renaud Muselier “a aussi pour conséquence d’affaiblir les têtes de liste LR dans les autres régions”. D’où la sentence prononcée ...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.