Régionales 2021: Odoul indigne après une "blague" sur le suicide des agriculteurs

·Journaliste politique
·1 min de lecture
Visuel de campagne de Julien Odoul (Photo: Campagne Julien Odoul)
Visuel de campagne de Julien Odoul (Photo: Campagne Julien Odoul)

POLITIQUE - “Quelques sifflets pour Macron contre un suicide tous les deux jours pour nos agriculteurs”. Lorsqu’il commentait en février 2018 le passage mouvementé du chef de l’État au Salon de l’Agriculture, Julien Odoul donnait l’impression de prendre le sujet du suicide des paysans avec sérieux et gravité. Or, un enregistrement dévoilé par Libération ce vendredi 4 juin vient quelque peu écorner cette image d’ardent défenseur de la cause rurale.

Le quotidien révèle en effet le contenu d’une réunion du groupe RN à la région, qui s’est tenue en septembre 2019, à laquelle participaient Julien Odoul, Julien Guibert et Jacques Ricciardetti, tous les trois conseillers régionaux du parti lepéniste. Une discussion au cours de laquelle le sujet du “bien-être paysan” est évoqué, et avec une très grande légèreté.

“L’agriculteur qui se pend au faîtage de son hangar… a-t-il laissé une trace? S’est-il pissé dessus?”, lance Jacques Ricciardetti. Surenchère de Julien Odoul, provoquant l’hilarité générale: “Est-ce que la corde est française ?”.

“Le vrai visage du RN”

Des propos qui tombent plutôt mal pour une tête de liste dans une région très rurale, et qui font déjà hurler ses adversaires politiques. “Voilà donc toute la considération que le Rassemblement national a pour le monde agricole. De la démagogie en façade, mais en réalité du mépris. À vomir”, s’est indigné sur Twitter le député LREM de la Creuse (agriculteur de profession) Jean-Baptiste Moreau. “Odieux. Le vrai visage d...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles