Le régime méditerranéen réduirait de 30% le risque de diabète

Johanna Amselem
·3 min de lecture
Caprese. Caprese salad. Italian salad. Mediterranean salad. Italian cuisine. Mediterranean cuisine. Tomato mozzarella basil leaves black olives and olive oil on wooden table. Recipe - Ingredients
Caprese. Caprese salad. Italian salad. Mediterranean salad. Italian cuisine. Mediterranean cuisine. Tomato mozzarella basil leaves black olives and olive oil on wooden table. Recipe - Ingredients

Selon une récente étude, les femmes qui suivent un régime méditerranéen ont 30% de risque en moins de souffrir d’un diabète de type 2 que celles qui ont adopté une autre alimentation.

Un trait d’huile d’olive, des fruits frais, des légumes de saison, des légumineuses, de la viande blanche, du poisson, voici le menu idéal d’une alimentation méditerranéenne. Bonne pour la santé et saine dans l’assiette, cette diète possède bien des atouts. À son efficacité pour réduire l’apparition de maladies cardiaques, les chercheurs viennent d’ajouter un nouveau bienfait.

Selon une étude menée par une équipe du Brigham and Women's Hospital, les femmes qui suivent ce régime alimentaire auraient 30% de risque de moins de développer un diabète de type 2 que les autres. Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs ont analysé les données de plus de 25 000 participants issus d’une cohorte. Les conclusions ont été publiées dans JAMA Network Open. Pour parvenir à cette conclusion, l'équipe médicale a examiné plusieurs biomarqueurs. De plus, les femmes ont rempli des questionnaires de fréquence alimentaire, des questions sur leur mode de vie, les antécédents médicaux, la démographie, etc. Toutes les participantes ont également fourni des échantillons de sang.

VIDÉO - La consommation d'œufs est liée au diabète de type 2

Changer son alimentation pour prendre soin de sa santé

Nos résultats soutiennent l'idée qu'en améliorant leur régime alimentaire, les gens peuvent améliorer leur risque futur de diabète de type 2, en particulier s'ils sont en surpoids ou s'ils souffrent d'obésité”, a déclaré l'auteure correspondante Samia Mora, MD, MHS, des divisions de Brigham's Preventive Medicine, médecine cardiovasculaire et professeure agrégée à la Harvard Medical School. “Une grande partie des avantages que nous constatons peut s'expliquer par quelques voies. Et il est important de noter que bon nombre de ces changements ne se produisent pas tout de suite - alors que le métabolisme peut changer sur une courte période de temps, notre étude indique que là sont des changements à plus long terme qui peuvent fournir une protection sur des décennies”.

Dans cette étude, l’équipe a attribué un score d’alimentation de 0 à 9 avec des points attribués pour une consommation élevée de fruits, de légumes, de céréales complètes, de légumineuses, de noix et de poisson. Elle a ensuite mesuré de nombreux biomarqueurs comme le cholestérol. Sur plus de 25 000 participantes à cette étude, 2 307 ont développé un diabète de type 2. Les participantes avec un score plus élevé au début de l'étude (scores supérieurs ou égaux à 6) ont développé moins de diabète que ceux avec des scores inférieurs. Un effet observé chez les participantes avec un indice de masse corporelle supérieur à 25. Les biomarqueurs de la résistance à l'insuline semblent être le principal facteur de réduction du risque, suivis des biomarqueurs de l'indice de masse corporelle, des mesures des lipoprotéines de haute densité et de l'inflammation.

La majeure partie de ce risque réduit associé au régime méditerranéen et au diabète de type 2 a été expliqué par les biomarqueurs liés à la résistance à l’insuline, à l'adiposité, au métabolisme des lipoprotéines et à l'inflammation”, détaille le premier auteur Shafqat Ahmad, Ph.D., chercheur en épidémiologie moléculaire. Des découvertes qui pourraient impacter la prévention de l’apparition de certaines maladies comme le diabète.

Ce contenu pourrait également vous intéresser :