Pour refuser d'aider les Kurdes, Donald Trump a usé d'un argument surréaliste

Jade Toussay
1 / 2

Pour refuser d'aider les Kurdes, Donald Trump a usé d'un argument surréaliste

U.S. President Donald Trump speaks to reporters at the White House in Washington, U.S. October 9, 2019. REUTERS/Jonathan Ernst

INTERNATIONAL - Existe-t-il un lien entre le débarquement en Normandie pendant la Seconde Guerre mondiale et l’actuelle situation explosive entre les Kurdes et la Turquie? La réponse est non. Sauf pour Donald Trump, qui a fait référence au 6 juin 1944 pour justifier sa décision ne pas intervenir en faveur des Kurdes en Syrie. 

Quelques heures après le début de l’offensive turque contre les Kurdes au nord-est de la frontière syrienne, Donald Trump a été interrogé sur une aide éventuelle aux combattants kurdes dans cette zone. Avant et après les premières frappes turques, le président américain avait en effet mis en garde Ankara, jugeant qu’il s’agissait d’une “mauvaise idée”. 

Toutefois, Donald Trump a catégoriquement exclu une intervention américaine, de quelque nature qu’elle soit, en faveur des Kurdes. Et il a utilisé pour se justifier un argument surréaliste: “Ils ne nous ont pas aidés pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils ne nous ont pas aidés en Normandie”, a déclaré le président, en reprenant les propos d’un “article, vraiment, vraiment très puissant”. 

Comme l’a repéré un journaliste américain, le président semble faire référence à une tribune publiée le 8 octobre sur le site Townhall, qui se présente lui-même comme “conservateur”. L’auteur du texte en question est Kurt Schlichter, ancien militaire américain, qui a été “personnellement recruté par Andrew Breibart pour écrire des tribunes conservatrices” sur Townhall, comme le précise sa biographie sur le site.

Andrew Breibart étant le fondateur -décédé en 2012- du site Breitbart News, considéré comme un site de droite voire d’extrême droite. 

Affirmant que les Kurdes se battent désormais “pour leur territoire”, Donald Trump a déclaré qu’ils “étaient là pour nous aider sur leur territoire et que c’est donc quelque...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post