"Je refuse d’être un pion de Poutine" : la fuite d’un Russe en Géorgie pour éviter la mobilisation

© Telegram

L'annonce de la mobilisation massive en Russie afin de renforcer les effectifs des combattants en Ukraine a déclenché une ruée vers les frontières. Notre Observateur fait partie des dizaines de milliers de Russes qui ont fui vers la Géorgie voisine. Des images partagées en ligne montrent d'immenses files d'attente qui se sont formées aux frontières de la Russie, alors que les gens fuient en voiture, à vélo ou à pied.

Si le Kremlin a déclaré que la mobilisation ne concernerait que les hommes adultes en bonne santé ayant une expérience du combat, des voix rapportent que des hommes officiellement exemptés ont été contraints de partir en Ukraine, ce qui a provoqué une ruée vers l'extérieur du pays.

Un homme de Bouriatie, une région montagneuse de Sibérie orientale, a déclaré au site d'information russe indépendant The Insider que les agents de recrutement "passent les villages au peigne fin". Selon ce témoin, “les hommes sont emmenés, quels que soient les critères. Il y a 400 personnes dans notre village, et ils ont pris 20 hommes". Pendant ce temps, dans une vidéo partagée sur les réseaux sociaux, un Russe a déclaré qu'il s’était retrouvé envoyé sur la ligne de front en quelques jours, sans aucune formation militaire.

Notre Observateur Kirk (pseudonyme) a servi dans l'armée russe en 2010 et 2011 en tant que sergent junior. Il a décidé de fuir en Géorgie car il ne voulait pas être "forcé de participer à la guerre criminelle d'un seul homme". "Je ne suis pas un meurtrier et je n'ai pas l'intention de tuer des innocents. Je ne veux pas mourir à cause des idées d'un seul fou, je ne veux pas être un pion dans son jeu mortel", dit-il, en référence à Vladimir Poutine.

Notre observateur ajoute :


Lire la suite sur OBSERVER