Refus d'obtempérer: Jean-Marie Le Pen dénonce "un incident grave" car "trois policiers ont tiré en même temps"

Jean-Marie Le Pen. Photo d'illustration. - AFP
Jean-Marie Le Pen. Photo d'illustration. - AFP

Quelques jours après les tirs de trois policiers qui ont mortellement blessé la passagère d'un véhicule dont le conducteur est soupçonné d'avoir refusé d'obtempérer à Paris, les circonstances exactes de l'incident restent floues.

Dans un nouvel épisode de son "Journal de bord" publié sur YouTube, Jean-Marie Le Pen a répété son soutien aux forces de l'ordre mais s'est aussi dit "frappé" par l'usage des armes qui a été fait.

"La police doit être soutenue et nous le faisons de façon systématique et régulière, mais la police n'est pas non plus tout. Elle est un des éléments de la République, de la démocratie et elle ne doit pas dépasser son rôle", a commenté l'ancien président d'honneur du Front national.

"Il y a trois policiers qui ont tiré en même temps"

Jean-Marie Le Pen s'est ensuite interrogé sur la justification de l'usage de l'arme des trois policiers.

"Dans cet incident il y a quelque chose qui m'a un peu frappé, c'est que généralement quand il y a un refus d'obtempérer avec une volonté d'agression contre un membre des forces de l'ordre, celui-ci justifie éventuellement de tirer avec son arme de service. Or là il y a trois policiers qui ont tiré en même temps plusieurs balles sur un véhicule, provoquant la mort d'une passagère et la blessure du conducteur, et c'est un incident que je trouve grave", a-t-il dénoncé, appelant "le plus rapidement possible à des éclaircissements".

La phrase "provocatrice" et "scandaleuse" de Mélenchon

Au lendemain des faits, le tweet "La police tue" de Jean-Luc Mélenchon a agité la classe politique. Pour Jean-Marie Le Pen, "c'est une phrase qui est volontairement provocatrice" et "scandaleuse".

Elle "ouvre des débats qui permettent à monsieur Mélenchon de paraître de façon bruyante, comme peut l'être le tribun de la pègre qu'il est", a-t-il encore fustigé.

Marine Le Pen a elle aussi dénoncé les propos de Jean-Luc Mélenchon, expliquant que ce qu'il dit "c'est qu'il est normal d'attenter à la vie des policiers". Éric Zemmour a de son côté accusé ce jeudi sur BFMTV le leader de la France insoumise "de "s'être transformé en rappeur qui chante 'nique la police'".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles