Refus d'obtempérer à Paris: le conducteur du véhicule placé en garde à vue

Samedi 4 juin dans le 18e arrondissement de Paris, - BFMTV
Samedi 4 juin dans le 18e arrondissement de Paris, - BFMTV

Le conducteur soupçonné d'avoir refusé un contrôle de police samedi dans le XVIIIe arrondissement de Paris a été placé ce mardi en garde à vue dans l'enquête ouverte notamment pour "tentative d'homicide sur personne dépositaire de l'autorité publique", a annoncé la procureure de Paris. L'incident a causé la mort de la passagère de la voiture par les tirs de policiers.

L'enquête est également ouverte pour "refus d'obtempérer aggravé par la mise en danger d'autrui, conduite malgré annulation du permis de conduire et conduite sous l'empire d'un état alcoolique et après avoir fait usage de substances classées comme stupéfiants", selon un communiqué. Elle est confiée au 2e district de police judiciaire de la direction régionale de la police judiciaire.

Par ailleurs, la garde à vue des trois policiers ayant fait usage de leur arme, deux hommes de 23 et 32 ans et une femme de 31 ans, causant la mort d'une passagère du véhicule et blessant grièvement son conducteur, a été levée après quarante-huit heures pour "poursuite des investigations". Celles-ci sont désormais confiée à un juge d'instruction.

Conducteur multirécidiviste

Le conducteur avait déjà été brievement mis en garde à vue pour "tentative d'homicide" ce lundi. La mesure a toutefois été immédiatement levée, le mis en cause n'étant pas en état d'être entendu à ce stade, selon le parquet de Paris. Il avait été gravement blessé, touché par des tirs de policiers.

Cet homme est très défavorablement connu des services de police, avec 80 mentions au fichier de Traitement des antécédents judiciaires (le TAJ). D'après nos informations, ce multirécidiviste purgeait une peine d'un an de prison depuis le 14 avril dernier. Il était écroué au quartier de semi-liberté de la prison de Villejuif et bénéficiait ce week-end d'une permission de sortie qui lui avait été accordée par un juge d'application des peines de Créteil.

Il figure également au FPR, soit le Fichier des personnes recherchées, en raison de l'interdiction de détenir une arme pendant cinq ans qui a été prononcée à son encontre par un tribunal. Il conduisait également sans permis, celui-ci ayant été annulé.

Une information judiciaire ouverte

Le parquet de Paris a également annoncé ce même jour l'ouverture d'une information judiciaire pour "violences volontaires ayant entrainé la mort sans intention de la donner" à l'encontre des trois policiers.

Selon la procureure, la procédure "permettra de retracer avec précision le déroulement des faits et de déterminer les circonstances exactes d'usage de leur arme par les policiers."

Un appel à témoin doit être lancé dans la journée par l'IGPN (Inspection générale de la police nationale) à la demande du parquet de Paris.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles