Refus d’extrader Julian Assange : le gouvernement Biden fait appel

Source AFP
·1 min de lecture
La juge ayant rendu la décision britannique invoquait un risque de suicide du journaliste s'il intégrait le système carcéral américain.
La juge ayant rendu la décision britannique invoquait un risque de suicide du journaliste s'il intégrait le système carcéral américain.

Joe Biden a bien l'intention de juger Julian Assange. Son gouvernement, au pouvoir depuis le 20 janvier aux États-Unis, a décidé de faire appel de la décision de la justice britannique qui avait refusé l'extradition de l'Australien, fondateur de WikiLeaks. Cet appel a été annoncé vendredi par le ministère américain de la Justice, qui entend donc bien juger le lanceur d'alerte pour la diffusion massive de documents confidentiels dès l'année 2009. La décision britannique du 4 janvier dernier indiquait un refus d'extradition de Julian Assange vers les États-Unis en raison du risque de suicide du cybermilitant dans le système carcéral américain.

« Oui, nous avons fait appel et nous continuons à chercher à obtenir son extradition », a déclaré à l'Agence France-Presse le porte-parole du ministère, Marc Raimondi. Plusieurs organisations de défense des droits humains et de la liberté de la presse avaient demandé à Joe Biden d'abandonner les poursuites contre Julian Assange, estimant que ces poursuites « menacent la liberté de la presse » et créeraient un précédent de nature à « criminaliser » des pratiques journalistiques.

Ce que disait Joe Biden de Julian Assange il y a dix ans

Julian Assange se trouve sous le coup de poursuites lancées sous la présidence de Donald Trump, à qui les soutiens de Julian Assange avaient demandé de le gracier, en vain. Sous Barack Obama, qui avait Joe Biden pour vice-président, la justice américaine avait renoncé à poursuivre le fondateu [...] Lire la suite