Refus d’obtempérer : « J’ai vu mourir mon amie Rayana »

« Je l'ai redressée vers l'arrière et là j'ai vu son cou plein de sang », témoigne la jeune femme dans un récit glaçant.
« Je l'ai redressée vers l'arrière et là j'ai vu son cou plein de sang », témoigne la jeune femme dans un récit glaçant.

Difficile de faire toute la vérité sur le refus d'obtempérer du samedi 4 juin vers 11 heures à Paris, entre la rue Custine et le boulevard Barbès. Des riverains interrogés par Le Point autour de « L'Instant », le café du coin, se souviennent que les forces de l'ordre ont fait pression sur ceux qui avaient sorti leur portable pour filmer : « Un policier était quasiment en tête à tête avec un jeune Noir. C'est carrément la fille de la voiture interpellée qui les a séparés. »

De même, les trois policiers mis en cause ont confié leur défense à un seul et même avocat. Ce que les services de police empêchent en général quand ils enquêtent sur des suspects lambda, en raison des risques de concertation, car ils pourraient s'entendre pour donner une même version. Au mieux, ils font appel au bâtonnier pour arbitrer. Là, la police judiciaire qui enquête sur la tentative d'homicide sur les fonctionnaires de police n'a rien trouvé à redire. Pas plus que l'IGPN. Les apparences d'impartialité sont à peine sauves. « La police, en saisissant le bâtonnier, empêche régulièrement les avocats de défendre deux clients durant une garde à vue et elle a raison de le faire, ça empêche tout risque de concertation entre les mis en cause. Mais cette fois, personne ne dit rien. En plus, l'avocat des policiers a communiqué les éléments légalement couverts par le secret de l'enquête », s'insurge Me Marie Violleau, l'avocate d'Inès-Véronique, la passagère rescapée de la voiture cible des t [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles