Les refuges de la SPA commencent à saturer

La SPA héberge 1 400 animaux de plus que l'été dernier à la même époque. - Credit:SEBASTIEN BOZON / AFP

La SPA a constaté une hausse de 11 % des abandons depuis le début de l'été. Les refuges ne trouvent pas de place pour héberger les animaux, rapporte RTL.

Depuis le début de l'été, les refuges de la Société protectrice des animaux (SPA) sont pleins à craquer. Selon les informations de RTL, près de 9 000 animaux abandonnés y sont actuellement hébergés soit 1 400 de plus que l'année dernière à la même époque. Cette hausse de 11 % attriste les employés de la SPA comme Ninon Rueff, responsable du refuge de Plaisir dans les Yvelines. « Ces petits chats ont été trouvés sur la commune de Plaisir, en bordure de champ, à côté de la déchetterie. Ce sont des petits chats lâchement abandonnés », témoigne-t-elle.

Ninon s'est rapidement rendu compte que les abandons étaient en forte hausse dès l'arrivée de l'été. « Depuis le mois de juin, c'est presque tous les jours. Tous les deux jours qu'il faut trouver une famille relais en urgence, parce que le refuge est plein », confie la responsable au micro de RTL. Elle assure avoir la capacité d'accueillir « une centaine de chiens » au sein de son chenil « mais là, il n'y aucun box de libre ».

À LIRE AUSSIAbandons d'animaux : la faute au confinement ?

Avec une telle hausse des demandes d'abandons, les refuges de la SPA n'arrivent plus à trouver suffisamment de place pour héberger tous les chiens, chats ou autres animaux qui arrivent chaque jour. C'est pourquoi les animaux sont parfois hébergés dans « la salle d'attente vétérinaire, la salle de réveil quelquefois », regrette Ninon Rueff. « Malheureusement, on a constamment, plusieurs fois par jour, des demandes d'abandons », rajoute-t-elle.

VIDÉO - Sophie Tapie, enquêtrice à la SPA, révèle avoir vu des "horreurs" à Marseille

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles