Refroidir les pôles pour atténuer le réchauffement climatique, vraiment ?

En Antarctique, le « glacier de la fin du monde » ne tient plus qu’à un fil. Et le Groenland, lui, vient de connaître un épisode de fonte des glaces sans précédent. Sous l’effet du réchauffement climatique, la température grimpe en flèche du côté des pôles. Faisant de plus en plus craindre des conséquences désastreuses un peu partout sur la Planète.

Fonte des glaces. Montée des eaux. C’est pour prévenir ces conséquences que des chercheurs travaillent depuis des années sur des projets un peu fous dits de géoingénierie. De géoingénierie ? « Ce que nous pourrions faire… si nous continuons à ne rien faire », ironisait David Keith, physicien à l’université de Harvard (États-Unis), à l’occasion d’une conférence TedEx en 2007. Comprenez, des projets d’intervention climatique globale. La mise en œuvre de technologies destinées à modifier intentionnellement notre climat. Sans avoir à limiter nos émissions de gaz à effet de serre.

La géoingénierie climatique : bonne ou mauvaise idée ?

Injecter des aérosols dans la stratosphère. C’est l’une des techniques de géoingénierie envisagées par certains chercheurs pour limiter le réchauffement climatique anthropique. Une technique qu’ils pensaient jusqu’alors devoir implémenter au niveau mondial et dont ils imaginent pouvoir désormais limiter le déploiement aux seuls pôles. En effet, les projets se précisent. Puisqu’une équipe, toujours de l’université de Harvard, avance même qu’il pourrait être faisable et bon marché d’inverser la marche du réchauffement climatique dans ces régions particulièrement touchées que sont les pôles.

Pour ce faire, les chercheurs envisagent d’injecter quelque 13 millions de tonnes de particules d’aérosols — du dioxyde de souffre — microscopiques dans l’atmosphère. Depuis des avions volant à plus de 13.000 mètres d’altitude. Le tout à des latitudes de 60 degrés, nord et sud. Soit à peu près la latitude d’Anchorage (Alaska) ou du sud de la Patagonie. Avec pour objectif de renvoyer directement vers l’espace,...

> Lire la suite sur Futura