Refonte de la liste électorale à Madagascar: l'opposition s'inquiète, la CENI se veut rassurante

© L. Bezain/RFI

À Madagascar, alors que le recensement des électeurs en vue de la refonte totale de la liste électorale a commencé il y a un mois, le parti d'opposition TIM affiche son inquiétude sur cette opération cruciale en vue des prochaines élections, notamment de la présidentielle de 2023. Le parti de l'ancien président Marc Ravalomanana déplore notamment un manque de moyens matériels et humains. La CENI, elle, se veut rassurante.

Avec notre correspondante à Antananarivo,

Pour le parti de l'opposition TIM, les quelque 5 000 agents déployés dans l'île et leur matériel de recensement sont insuffisants. «Un mois est déjà passé et l'opération n'a pas encore démarré dans de nombreux fokontany (quartiers ou localités, NDLR) », fait remarquer son secrétaire général Ny Rina Randriamasinoro. Il ajoute que « le taux d'exécution de recensement dans la ville de Tuléar (sud-ouest de l'île, NDLR) est de 0%, d'après le rapport présenté par la CENI vendredi » lors d'une réunion entre cette dernière et les partis politiques.

Si le président de la CENI reconnaît que les agents recenseurs ne peuvent être déployés dans les localités reculées, les électeurs peuvent s'inscrire directement au niveau des commissions locales de recensement des électeurs mises en place dans les bureaux administratifs de quartiers, souligne t-il.

« Nous n'avons pas de retour »


Lire la suite sur RFI