Refondation des urgences : les médecins libéraux menacent de faire une grève des gardes

“Une occasion ratée de s’appuyer sur la médecine de ville”. Tel est le constat dressé dans un communiqué diffusé mardi 12 novembre par les syndicats de médecins libéraux. Réunis vendredi 8 novembre par la ministre des solidarités et de la santé Agnès Buzyn, en la présence du député Thomas Mesnier et du professeur Pierre Carli, ces derniers s’estiment mis à l’écart du plan de refondation des urgences. En cause, l’élaboration d’un Service d’Accès aux Soins (SAS), destiné à résoudre le problème d’engorgement des urgences et à offrir une réponse aux patients où qu’ils se trouvent sous un numéro santé unique, le 113. “Ce numéro n’est en fait que le 15 sous un nouvel habillage”, dénoncent le CSMF, le FMF, MG France et SML dans le communiqué.

Les médecins libéraux militent pour la création d’“une filière spécifique aux soins de ville, distincte des urgences médicales, connue de la population et s’appuyant pour cela sur un numéro spécifique, le 116 117, déjà inscrit dans la loi”. Lancé au printemps 2017 par Marisol Touraine, alors ministre de la santé sous la présidence de François Hollande, le 116 117 est un numéro gratuit qui permet aux patients de joindre un médecin de garde aux heures de fermeture des cabinets médicaux. Selon les syndicats des médecins libéraux, la création du SAS, telle qu’elle a été annoncée lors de la réunion du 8 novembre, ne répond “ni aux enjeux de l’organisation des urgences, ni à ceux de la réponse aux demandes de soins non programmés”. Par définition, les soins non programmés correspondent aux consultations et actes de médecine générale, sans rendez-vous, et/ou associés à des actes techniques, comme des traitements antalgiques, des pansements, sutures, ou encore des immobilisations.

>> A lire aussi - Urgences : faut-il plus de lits ou mieux filtrer les patients ?

Selon les syndicats, la population continuera à confondre les soins non programmés avec les urgences médicales, tout comme les maisons médicales de garde avec les services d’urgences. Avec

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Des médecins veulent faire payer les oublis de rendez-vous
Urgences : faut-il plus de lits ou mieux filtrer les patients ?
Bientôt des pubs pour les médecins ?
Déserts médicaux : faut-il restreindre la liberté d'installation des médecins ?
Des députés souhaitent interdire les dépassements d’honoraires des médecins