« Je le referais demain et après-demain » : Macron assume après les révélations sur Uber Files

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
© Jean-Philippe Ksiazek / Pool / AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

« Je me félicite de ce que j’ai fait », s’est défendu Emmanuel Macron  ce mardi en marge d’un déplacement en Isère. Le président de la République a réagi pour la première fois aux révélations du Mondeet de France Infosur son possible rapprochement avec Uber Files en 2014, alors qu’il était ministre de l’Économie . De nombreux documents internes au géant américain du VTC montrent en effet comment Emmanuel Macron aurait à l’époque agi en faveur d’Uber pour s’implanter en France. Ce mardi, le chef de l’Etat a assumé ses actes.

« On a créé des milliers d’emplois »

Face aux médias venus en nombre lors de sa visite à Crolles en Isère, Emmanuel Macron s’est dit « extrêmement fier », puisqu’il a été « un ministre de l’Économie qui s’est battu pour l’innovation, pour attirer des entreprises ». « On a créé des milliers d’emplois », insiste-t-il. « Et ensuite quand je suis devenu Président, on a régulé le secteur. On est le premier pays à avoir régulé les plateformes », a poursuivi Emmanuel Macron. « Le ministre que j’étais a fait son travail. On introduit une espèce d’ambiance qui consiste à dire que voir des chefs d’entreprise, en particulier de l’étranger, ce serait mal. Mais je l’assume à fond ! J’ai vu des chefs d’entreprises étrangers, l’horreur », a-t-il ironisé. Avant de prévenir : « Je le referais demain et après-demain. »

Lire aussi - C’est quoi Uber ?

Un « scandale d’État »

Depuis les révélations publiées dans la soirée de samedi, le locataire de l’Élysée est dans la tourm...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles