Red Bull ne recrutera plus ses anciens juniors

Benjamin Vinel

Fondé en 2001, le Red Bull Junior Team a mené 14 pilotes à la Formule 1, et à l’exception de certains comme .

Jean-Eric Vergne, DS Techeetah

Jean-Eric Vergne, DS Techeetah Sam Bloxham / Motorsport Images

Sam Bloxham / Motorsport Images

Le Red Bull Junior Team a la réputation d'être impitoyable avec les jeunes pilotes qu'il soutient ;  qui fait désormais carrière chez McLaren après neuf années sous l'aile de Red Bull.

"Il faut le comprendre d'un point de vue philosophique", insiste Marko. "Au début, le Junior Team était une sorte de parrainage, car tout le monde savait à quel point le sport auto coûtait cher, et [Dietrich] Mateschitz [cofondateur et copropriétaire de Red Bull, ndlr] a dit que nous voulions donner leur chance aux pilotes."

"Puis d'un coup, nous avons eu deux écuries de Formule 1 [Red Bull et Toro Rosso à partir de 2005 et 2006 respectivement]. Et il est devenu clair que soutenir un pilote parce qu'il a un succès modéré ne suffisait pas. Il a été décidé qu'il devait avoir au moins le potentiel de remporter un Grand Prix. C'est pourquoi la sélection est devenue plus rigoureuse."

"Je peine à comprendre ces critiques, car nous finançons des pilotes pour une ou deux saisons complètes. Sans ce budget, ils n'auraient jamais été dans cette situation. Et si ça ne suffit pas pour la F1, eh bien il n'y a que 20 [pilotes en F1], et nous savons de ces 20 qu'ils ne sont pas tous là juste grâce à leur talent."

"Combien de pilotes [de notre programme] ont gagné un Grand Prix ? Vettel, Ricciardo, Max [Verstappen]. Le podium, je ne peux pas vous dire combien sont montés sur le podium [six, ndlr]. En interne, nous sommes heureux et fiers, et on nous copie énormément. Mais tous les autres programmes sont loin de ce que nous avons accompli."

Propos recueillis par Christian Nimmervoll