Comment « Rectify » sort aujourd’hui de l’oubli

Par Benjamin Fau
·1 min de lecture
Aden Young dans Rectify
Aden Young dans Rectify

Rectify est une sorte de miracle passé inaperçu. Miracle de grâce, d'élégance lumineuse, de finesse psychologique. Miracle d'écriture et d'interprétation. Créée par l'acteur et scénariste Ray McKinnon et lancée en 2013 sur la petite chaîne Sundance Channel(aujourd'hui SundanceTV), Rectify a la réputation d'une série aimée des critiques mais peu suivie par le public. En France, après une diffusion en catimini sur Arte, en 2014, elle avait atterri sur le Sundance Channel français, qui n'existe de toute façon plus aujourd'hui. Depuis le 25 janvier dernier, on peut enfin découvrir l'intégralité des quatre saisons sur MyCanalet Canal+ Séries. C'est l'occasion ou jamais de réparer l'un des oublis majeurs de la dernière décennie et de donner sa chance à cette série certes difficile d'accès, contemplative et exigeante, mais qui offre finalement beaucoup plus en retour.

Daniel Holden (Aden Young) a été condamné à mort à l'âge de 18 ans, accusé d'avoir violé, puis étranglé sa petite amie. Pour tous les habitants de Paulie, Géorgie, sa ville natale, il est évidemment coupable, surtout parce qu'il n'y a jamais eu d'autre suspect et qu'il a signé des aveux. Seule sa petite s?ur Amantha (Abigail Spencer) croit en son innocence et continue de se battre pour la prouver. Après vingt années passées dans le couloir de la mort, de nouvelles analyses ADN jettent le doute sur sa culpabilité, et Daniel est libéré dans l'attente d'un nouveau procès. Lui qui a vécu l'essentiel de [...] Lire la suite