Recrutement, salaires, maths… Les chantiers inflammables de Pap Ndiaye au ministère de l’Éducation nationale

© Reuters

Pendant sa campagne, Emmanuel Macron a brandi l’éducation comme une « priorité » de son second quinquennat. Un axe fort mentionné aussi par la Première ministre, Élisabeth Borne, dans son interview au JDD dimanche, aux côtés de la santé, de la transition écologique et du pouvoir d’achat. Ce chantier, c’est Pap Ndiaye, le nouveau ministre de l’Éducation nationale , qui devra le mener. Depuis sa nomination surprise, vendredi, le successeur de Jean-Michel Blanquer fait l’objet d’une campagne de dénigrement parfois haineuse sur les réseaux sociaux. Crise des recrutements, réintroduction des mathématiques dans le tronc commun du lycée, revalorisation salariale… Le nouveau ministre doit dès à présent traduire en actes une feuille de route fournie, mais encore floue quant aux moyens et au calendrier.

Lire aussi - Islamo-gauchisme, wokisme… : à l’Éducation nationale, le ministre Pap Ndiaye sera-t-il l’anti-Blanquer ?

Résoudre la crise des vocations

Y aura-t-il suffisamment d’enseignants en septembre ? C’est le dossier le plus urgent sur le bureau de Pap Ndiaye. « La situation pour la prochaine rentrée est inquiétante […]. Des personnels vont manquer pour la rentrée 2022 », alertaient plusieurs syndicats réunis en intersyndicale dans un courrier adressé à Élisabeth Borne mercredi.

Car les concours d’enseignants n’ont pas fait le plein cette année. Quelques exemples : 816 candidats admissibles pour 1 035 postes en mathématiques au concours du Capes externe, 83 pour 125 en allemand, ...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles