Son recrutement, sa patronne, Gianni Agnelli... Les confidences d'une ancienne "fille" de Madame Claude

·1 min de lecture

Elle était l'une de "filles" de Madame Claude, qui tenait le plus grand réseau de prostitution de luxe des années 1960 et 1970 en France. Patricia Herszman était l'invitée d'Europe 1 ce mercredi soir. L'ancienne prostituée publie Call-girl du tout Paris, confidences d’une fille de Madame Claude aux éditions du Nouveau Monde. Dans son livre, elle revient sur son aventure en tant que call-girl. C'est en 1975, "la plus belle année de sa vie", alors qu'elle à 18 ans, que Patricia Herszman intègre le réseau de Madame Claude, de son vrai nom Fernande Grudet.

>> Retrouvez toutes les interviews en replay et en podcast ici

Un jour, par hasard, Patricia Herszman dépanne une femme à moto. Il s'agit d'une proche de Madame Claude, qui lui propose de la recruter. Mais Patricia Herszman refuse. Elle la recroise quelques mois plus tard à Saint-Tropez. Cette fois-ci, elle accepte. "Je me suis faite un peu désirer", plaisante Patricia Herszman, qui change alors de prénom et se fait appeler Florence A. Sa vision du métier est loin des idées reçues. "Je n'offrais pas mon cœur", raconte-t-elle, "je louais mon temps". Sans minimiser le côté sexuel, qui "avait évidemment sa place", elle explique que "ce n'était pas du tout une contrainte."

Madame Claude, loin des clichés

Dans son ouvrage, Patricia Herszman s'est donnée pour mission de "remettre les pendules à l'heure" concernant Madame Claude. "Certes, c'était quelqu'un d'un peu rigide sur l'organisation du travail, mais par contre, contraire...


Lire la suite sur Europe1