Le record mondial de pression obtenu en laboratoire vient d'être battu à l'ESRF de Grenoble

Au synchrotron de Grenoble, une pression semblable à celle qui existe au centre de la planète Uranus, soit 3 fois plus que le niveau atteint au coeur de la Terre, a été atteinte grâce à un dispositif dit "la cellule à enclumes de diamant".

La pression au centre de la planète Uranus... reproduite dans un laboratoire en France. C'est un record mondial qui vient d'être battu à l'ESRF, l'installation Européenne de Rayonnement Synchrotron de Grenoble. En atteignant un seuil de l'ordre de un térapascal (soit 1000 gigapascals), le site de recherche et d'expérimentation a atteint un niveau de pression jamais obtenu sur Terre. Ce travail, qui implique aussi une équipe allemande de l'Université de Bayreuth, .

Un rayon X lui aussi record en raison de la très grande finesse de son faisceau

Co-autrice de la publication, Carlotta Giacobbe est scientifique à l''ESRF, un lieu qui produit des rayons X "10.000 milliards de fois plus brillants que les rayons X utilisés à l'hôpital", . Cette lumière est utilisée à l'ESRF comme un scalpel qui permet d'expertiser, sans destruction, les entrailles de la matière. A propos de rayon X, c'est d'ailleurs le record dans le record de cette expérience, qui a impliqué un faisceau d'une finesse jamais atteinte : "500 nanomètres de diamètre, précise Carlotta Giacobbe. Cela nous a permis de voir la structure des cristaux extrêmement petits de l'échantillon porté à cette pression record, grâce à notre appareil DAC", comme 'Diamond Anvil Cell', soit la cellule à enclumes de diamant, explique la scientifique du synchrotron où elle est responsable de l'une de ces "lignes de lumière".

En quoi consiste ce DAC ? La chercheuse en présente les grands principes à Sciences et Avenir : "Vous savez que le diamant est le plus solide des matériaux. En appuyant deux diamants l'un contre l'autre, il est donc possible d'atteindre des pressions extrêmement élevées". Autrement dit, il est possible de les pousser et de les pousser encore face-à-face sans les faire éclater. Pour y parvenir, différents dispositifs sont possibles, certains hydrauliques, d'autres à vis. L'idée en tout cas est que les pointes des deux diamants appuient l'une contre l'autre et qu'entre les deux, pris en sandwich, il y ait l'écha[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles