Reconversion : rencontre avec Everest Leblanc, un jeune boulanger devenu cordiste

Alors qu’Emmanuel Macron a décidé de lancer un nouveau dispositif de reconversion, certains Français ont déjà sauté le pas. C’est le cas d’un boulanger, Everest Leblanc, passionné d’escalade, qui a troqué son tablier contre un baudrier et un mousqueton pour devenir maçon-cordiste. Pour le jeune homme de 24 ans, c’est un changement intense de vie. Il gagne désormais 2 000 euros net par mois, contre 1 400 dans son ancien métier. Un jeune homme enthousiaste "Contrairement à la pâtisserie, là on a des salaires convenables. Et on travaille du lundi au vendredi, ça me convient bien mieux", juge-t-il. Pour travailler comme cordiste, il a passé un diplôme en huit semaines dans un centre à Gardanne (Bouches-du-Rhône). Des restaurateurs, des artistes et des ambulanciers s’initient ici à l’escalade pour devenir cordiste.