"Reconstruire Notre-Dame en cinq années": quelles contraintes le délai avancé par Emmanuel Macron impose-t-il?

Marion Bothorel
"Nous rebâtirons la cathédrale plus belle encore et je veux que ce soit achevé d'ici cinq années", a affirmé mardi soir Emmanuel Macron, lors de son allocution télévisée. Une déclaration qui laisse plusieurs spécialistes sceptiques.

Redonner à Notre-Dame sa silhouette d'origine en cinq ans : c'est l'objectif colossal que s'est engagé à tenir le président de la République, mardi 16 avril. Au lendemain de l'incendie qui a ravagé la cathédrale, cette annonce a surpris plusieurs spécialistes étant donné l'ampleur de la tâche. "C'est inenvisageable de livrer un tel chantier dans cinq ans, estime Rémi Desalbres, le président de l'association des Architectes du patrimoine auprès de franceinfo. A moins d'utiliser des techniques et des manières de procéder qui seraient une nouvelle plaie faite à Notre-Dame."

Le doute est amplifié par les inquiétudes qui restent vives concernant la stabilité de la structure et l'ampleur des dégâts. "Les études à mener, le diagnostic à établir et la consolidation de l'édifice vont prendre plusieurs mois, voire une bonne année", estime Rémi Desalbres. Une fois le diagnostic posé, les architectes mandatés n'auront donc plus que quatre ans pour trancher entre différentes options, qui limitent les choix pour reconstruire Notre-Dame.

Une charpente en métal ou en béton pour aller plus vite

Surnommée "la forêt" en raison des centaines de poutres de chênes qui la composaient, la charpente de la cathédrale, qui datait en grande partie du XIIIe siècle, est réduite en cendres. Sa reconstruction préoccupe déjà les architectes. "Si on refait [la charpente] en bois à l'identique, ça va prendre plusieurs années, au moins dix à quinze ans" estime Grégory Teillet, spécialiste de l'architecture (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi