Reconstruction de Notre-Dame : les derniers chênes coupés en Alsace

Après 130 années d'existence, c’est une nouvelle vie qui commence pour un chêne de l’ancienne forêt de Dietrich, près de Reichshoffen (Bas-Rhin). Il ira surplomber Paris sur la cathédrale Notre Dame. “On lui a donné un numéro d’ordre qui nous permettra de suivre sa trajectoire d’ici en forêt, jusque tout en haut, sur la flèche de Viollet le Duc, qu’on va reconstruire”, explique Didier Paillereau, expert forestier. Les architectes et charpentiers qui travaillent sur la reconstruction de Notre Dame ont établi un cahier des charges : il faut des troncs de 90 centimètres de diamètre pour une longueur de 6 à 15 mètres. Un millier de chêne de France Les forêts françaises vont livrer un millier de chênes pour rebâtir la flèche, la nef et le transept. Toute une filière s’est mobilisée en six semaines. Une fierté pour ceux qui participent à la reconstruction de cette charpente. “Celle qui a brûlé, il me semble qu’elle avait 700 ans, donc on peut lui souhaiter autant, en tout cas c’est ce que les architectes des bâtiments de France vont essayer de faire, enfin j’espère, donc ça compte pour nous”, ajoute l’expert.