Reconnaissance de l’État palestinien : "Un acte juridique mais aussi un acte politique"

L'Espagne, la Norvège et l'Irlande ont officiellement reconnu l'État de Palestine, mardi, répondant ainsi à une aspiration palestinienne de longue date. Le gouvernement Netanyahu estime, quant à lui, que cette décision est une "récompense pour le Hamas". Alors que le nombre de victimes civiles ne cesse de croître à Gaza, les experts interrogés par France 24 espèrent que cette décision pourra donner un nouvel élan aux pourparlers de paix.

L'Espagne, l'Irlande et la Norvège ont tenu promesse en reconnaissant officiellement, mardi 28 mai, l'État de Palestine. Dans une allocution télévisée, le Premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, a qualifié cette décision d’”historique”. Les trois nations aspirent à encourager d'autres pays européens à suivre leur exemple.

Malte et la Slovénie ont indiqué qu'elles suivraient le mouvement, tandis que la France et l'Allemagne estiment que le moment n'est pas encore venu.

En octobre 2014, la Suède a été le premier pays occidental à reconnaître officiellement l'État de Palestine. Pour la ministre des Affaires étrangères de l'époque, Margot Wallstrom, c'était une “étape importante qui confirme le droit des Palestiniens à l'autodétermination”.


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Palestine : que peut le droit ? Parlons-en avec C. Bardet, J. Soufi et O. Bronchtein
L'Espagne, l'Irlande et la Norvège actent leur reconnaissance de l'État de Palestine
État palestinien : le "en même temps" français ?