Reconnaissance du génocide arménien : "Joe Biden ne peut pas infliger un camouflet à l'Arménie"

·1 min de lecture

Philosophe et enseignant, Michel Marian s’efforce, dans son dernier ouvrage*, de résumer en 100 questions tout sauf classiques l’histoire, la culture et les enjeux géo-politiques autour d’un peuple et d’une civilisation située aux confins des empires. Il s’interroge sur l’avenir de ce petit pays caucasien, au lendemain d’une défaite infligée à la fin de l’an dernier au Karabakh, par l’Azerbaïdjan voisin.

Marianne : Chaque année, à l’approche du 24 avril, date commémorative du génocide des Arméniens de l’empire ottoman en 2015, est attendue la déclaration du président des Etats-Unis sur le sujet. En 2019, les deux chambres du Congrès avaient voté des résolutions reconnaissant le génocide. Pensez-vous que Joe Biden ira plus loin que ses prédécesseurs ? Michel Marian : On se retrouve dans une situation assez proche de celle de la présidence d’Obama, mais dans un contexte différent. Obama était attaché à la question de la reconnaissance du génocide, à propos de laquelle il s’était engagé en tant que candidat, et la plupart des membres de son administration de même. Mais, pour des raisons de realpolitik - en l’occurrence renouer le dialogue avec l’Islam après la présidence Bush -, rien ne s’est fait. Pour ne pas prononcer le mot qui fâche la Turquie négationniste, Obama avait employé ceux de " grande catastrophe ", qui est l’une des expressions des Arméniens pour dire le génocide, avant que ce mot n’apparaisse en droit international. Cela a été, selon Samantha Power, son...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

Reconnaissance faciale : bientôt surveillés dans les airs ?

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

Le Sénat adopte la proposition de reconnaissance de la République du Haut-Karabakh