“On leur reconnaît des droits à vivre, à se régénérer, à prospérer" : Il veut faire reconnaître les droits de la nature

Brut.

"Les droits de la nature, c'est un ensemble de règles qui visent à reconnaître des écosystèmes comme des forêts, des rivières ou des glaciers, sujets de droit."


Des règles inadaptées


Selon le juriste en droit international, les problèmes que nous connaissons aujourd'hui comme le changement climatique ou la mise en péril de la biodiversité sont les copnséquences d'une inadaptation de nos règles aux règles du vivant. L'être humain est présent sur Terre depuis 200 000 ans et la Terre existe depuis 4,5 milliards d'années. Mais Nicolas Blain pointe que, depuis quelques années, "l'être humain a créé ses propres règles et ses propres lois avec du court-termisme, avec des échanges à n'en plus finir à travers le monde avec également une linéarité et une finitude des processus économiques."

Des pays déjà engagés

Ainsi, pour protéger la nature, il est nécessaire de la reconnaître comme une personne juridique. "On leur reconnaît des droits à vivre, à se régénérer, à prospérer et à ne pas être pollués", explique le juriste. Aujourd'hui, les droits de la nature sont appliqués dans plusieurs pays comme l'Équateur, en 2008, qui a reconnu "les droits à la Terre mère, les droits de la "Pachamama", à vivre, à exister et à prospérer". La Bolivie a fait la même chose en 2010. Aussi, en Inde, il existe des tribunaux qui reconnaissent des droits à des rivières ou encore à des (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi