"Nous reconfiner un an plus tard, je ne comprends pas" : les Italiens de nouveau confinés et divisés sur la question

Bruce de Galzain
·1 min de lecture

Les trois quarts de la population italienne sont de nouveau confinés depuis lundi 15 mars. Si la situation n'a rien d'inédit pour le nord du pays, habitué à figurer en zone rouge, à Rome il n'y avait pas eu de reconfinement à l'exception de la période de Nöel. Ces dernières semaines le nombre de cas de Covid-19 a augmenté de 15 % en raison du variant anglais. Les hôpitaux de Rome ne sont pas saturés et les Romains continuent à se déplacer pour aller travailler.

Au premier jour de ce nouveau confinement, il n'y a pas grand monde dans les rues même si la situation n'est pas comparable à celle vécue un an plus tôt. Sur le petit marché des "Copelle", dans le centre historique de Rome, Francesca vient acheter quelques fruits et légumes, son auto-certification à la main. Elle accepte tout à fait la situation. "J'ai des parents âgés qui voient ma petite-fille donc je suis très prudente depuis longtemps. Pour éviter qu'ils tombent malade, je sors déjà peu, ça ne change pas grand chose pour moi. Je pense que s'il faut faire un dernier effort, c'est maintenant parce que malheureusement, trop de monde sort pour profiter du printemps !"

Marco n'est pas du tout d'accord. C'est lui qui tient le marché et depuis le matin, il a eu très peu de clients. "Il n'y a personne, constate le commerçant. Les plus âgés ont peur, ils appellent au téléphone et nous livrons chez eux. On ne peut pas arrêter de vivre parce qu'on a peur de mourir ! Nous reconfiner un an plus tard, je ne comprends pas. (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi