"Tolérance" jusqu'à mercredi pour la vente de produits non essentiels en grandes surfaces

·2 min de lecture

Le ministère de l'Economie a indiqué lundi qu'il y aura une "tolérance jusqu'à mercredi" pour que les grandes surfaces ferment les rayons de produits non essentiels.

Il y aura une "tolérance jusqu'à mercredi" pour que les grandes surfaces ferment les rayons de produits non essentiels, a indiqué lundi le ministère de l'Economie, au lendemain de l'annonce par le gouvernement de cette fermeture à partir de mardi.

Le décret définissant les produits de première nécessité "sera publié demain (mardi) matin, il y a donc une tolérance jusqu'à mercredi", a expliqué Bercy dans un message à la presse.

Lire aussi : Covid-19 : pas de coiffeurs ou d'esthéticiennes à domicile durant le confinement

Le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a reçu ce lundi à 16 heures les représentants des acteurs des grandes et moyennes surfaces. Un décret doit préciser mardi matin quels sont exactement les produits qui ne pourront pas être vendus par la grande distribution.

Au nom de l'"équité" et de la sécurité sanitaire

Dimanche soir, le Premier ministre Jean Castex avait annoncé sur TF1 qu'au nom de l'"équité" et de la sécurité sanitaire, le gouvernement avait décidé de fermer les rayons non essentiels dans les grandes surfaces, plutôt que d'autoriser les petits commerces à rouvrir. Il avait précisé qu'un point serait fait "dans 15 jours et puis, surtout, à l'échéance du 1er décembre fixée comme la fin de ce confinement". La fronde s'était amplifiée ces derniers jours chez les petits commerçants, contraints de fermer durant le confinement, tandis que les grandes surfaces peuvent rester ouvertes.

Vendredi soir, le gouvernement avait déjà annoncé que les rayons livres et culture des grandes surfaces alimentaires et spécialisées allaient "momentanément fermer" avec effet immédiat, par "souci d'équité entre grandes surfaces et les librairies indépendantes" qui ne sont pas autorisées à ouvrir pendant(...)


Lire la suite sur Paris Match