Un Professeur préconise un reconfinement strict d'un mois après Noël

Maxime Poul
·2 min de lecture
Selon le chef du service de réanimation de l'hôpital Raymond-Poincaré, il faut repasser à un confinement strict dès le 26 décembre.

Invité à s’exprimer au micro de BFM TV ce mardi matin, le Professeur Djillali Annane, chef du service de réanimation à l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches, préconise un confinement strict d’un mois à compter du 26 décembre pour mettre fin à l’épidémie.

Un troisième confinement strict dès le lendemain de Noël. C’est ce que préconise au micro de BFM TV, ce mardi 22 décembre, le Professeur Djillali Annane, chef du service de réanimation à l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine). Ce dernier craint un nouveau rebond de l’épidémie après les nombreuses retrouvailles familiales qui vont avoir lieu à Noël.

S’il estime que c’est “une bonne chose” que le réveillon de Noël puisse se tenir pour la santé mentale des Français, le Professeur Djillali Annane prévient que cette période de Noël représente un très haut risque d’accélération de la dynamique épidémique. De plus, il rappelle que la France est à une période où les chiffres sont “très élevés, même si on est un petit peu en dessous de certains de nos pays voisins”.

C’est pour cette raison qu’il émet l’idée d’un nouveau confinement afin de pouvoir contrôler l’épidémie. “Je préconise qu’on fasse tous l’effort, certes difficile mais important, d’un reconfinement strict le 26 décembre pour un mois de façon à permettre de revenir à un niveau de contaminations quotidien aux alentours de 1000 par jour, comme il l’était en juin.”

Si cette recommandation est suivie, le Pr Djillali Annane affirme qu’au moment où le pays déploie sa campagne vaccinale, cela permettrait de mieux contrôler l’épidémie, voire de la contrôler “une fois pour toute”.

Ce contenu peut également vous intéresser :