Reconfinement : le secteur du jouet lutte pour l'ouverture des petits commerces

Avec ses rayons pleins à craquer, un magasin de jouets du centre-ville d'Orléans (Loiret) était prêt à accueillir les clients pour Noël. Mais il a dû fermer vendredi 30 octobre à cause du reconfinement, au grand désespoir du gérant. "On doit faire 60 % de notre chiffre d'affaires à partir de ce week-end", déplore-t-il. Même colère pour une commerçante, qui appelle ses clients au secours ; elle dénonce la concurrence déloyale des grandes surfaces, qui, elles, peuvent encore vendre des jouets. En ce sens, la Fédération des commerces spécialistes des jouets vient de déposer un référé auprès du Conseil d'État. Des chiffres "infaisables" En attendant le verdict du gouvernement, certains gérants ont décidé de réagir. À Pau (Pyrénées-Atlantiques), Thierry Leroux ouvre ponctuellement pour ses clients qui l'appellent au téléphone ou qui réservent sur son site Internet. "C'est un pansement sur un chiffre d'affaires énorme, souffle-t-il. J'ai regardé hier les chiffres qu'on avait à faire sur novembre et décembre ; c'est infaisable en étant fermé".