Reconfinement : doit-on s’attendre à des pénuries dans les supermarchés ?

Maxime Poul
·4 min de lecture
Lors du premier confinement au mois de mars, les rayons de pâtes avaient été pris d'assaut par les consommateurs.
Lors du premier confinement au mois de mars, les rayons de pâtes avaient été pris d'assaut par les consommateurs.

Alors qu’Emmanuel Macron pourrait annoncer ce mercredi soir la mise en place d’un nouveau confinement national, doit-on craindre une pénurie dans les supermarchés comme cela avait été le cas au mois de mars ?

Un discours très attendu. Ce mercredi soir, Emmanuel Macron va s’exprimer à 20 heures pour annoncer de nouvelles restrictions pour lutter contre le coronavirus. Si rien n’est donc encore officiel, le président de la République pourrait bien annoncer un confinement national. Et comme cela avait été le cas au mois de mars dernier, les supermarchés pourraient vite être pris d’assaut, faisant craindre des difficultés à trouver certains produits.

Déjà une ruée sur les pâtes et le papier toilette

Avant même la prise de parole du président de la République, il semblerait que certains consommateurs se ruent déjà sur les produits qui avaient été dévalisés au mois de mars dernier tels que les pâtes et le papier toilette. C’est en tout cas ce qu’affirmait Michel-Edouard Leclerc, président du Comité stratégique des centres E. Leclerc, ce mardi 27 octobre sur les réseaux sociaux.

Dans son tweet, le fils du fondateur de la célèbre enseigne de grande distribution appelle également les consommateurs à ne pas paniquer et ne pas faire comme au mois de mars, en affirmant que les stocks sont assurés.

“Un comportement civique et raisonnable”

Des propos confirmés ce mercredi matin sur BFM TV par Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération du commerce et de la distribution. “Nous nous sommes organisés en conséquence, les stocks ont été faits [...] Il n’y a pas de risque de pénurie donc ça sert strictement à rien d’acheter des produits en nombre trop important et de faire des provisions pour les semaines qui viennent [...] Nous avons tout anticipé avec les industriels, nous avons hélas l’expérience de ce qu’il s’est passé en mars. On a bien vu que certains produits étaient plus commandés que d’autres, nous avons donc passé des commandes supplémentaires.”

Le président de la Fédération Internationale du Retail appelle également les consommateurs à être responsables : “Si tout le monde se précipite en achetant tout ce qui est dans un rayon, évidemment qu’il y aura des difficultés pour trouver certains produits [...] Tout le monde doit avoir un comportement civique et raisonnable.”

La célèbre marque française de pâtes Panzani a par ailleurs assuré sur Europe 1 que la grande distribution aurait les stocks nécessaires en cas de nouveau confinement.

Le peur de manquer en Allemagne

En Allemagne, si l’on en croit les chiffres de l’office national de la statistique relayés par RTL, entre le 12 et le 17 octobre, les ventes de papier toilette ont augmenté de 89% par rapport aux chiffres enregistrés avant la première vague de Covid-19. Même fléau concernant le savon, puisque les ventes ont quasiment augmenté de deux tiers par rapport à la moyenne d’avant la crise.

Les exemples de Melbourne et Israël

Comme en France, lors du premier confinement instauré dans la ville de Melbourne des pénuries de papier toilette avaient été observées dans les supermarchés de la ville. En Israël, ce sont les œufs qui avaient été pris d’assaut par les habitants lors du premier confinement.

Le 8 août dernier, la ville de Melbourne est de nouveau placée en confinement après une résurgence des cas, mais les Australiens ont visiblement tiré des enseignements du premier confinement car aucune pénurie n’est observée. Confinés à la mi-septembre, les Israéliens ont également retenu la leçon puisqu’ils ne se sont rués sur aucun produit en particulier. Ne reste plus qu’aux Français d’en faire autant.

Ce contenu peut également vous intéresser :