Reconfinement : les restaurateurs en colère

Mercredi 28 octobre, l'allocution d'Emmanuel Macron a eu l'effet d'une douche froide pour les gérants de bars et de restaurants. L'obligation de fermeture a pris de court Olivier Dupuis, qui vient d'ouvrir son deuxième restaurant. Il va devoir mettre au chômage partiel ses 14 salariés, les aides promises par le président de la République ne lui suffisent pas. "Mon entreprise est en danger. Même celle qui a pignon sur rue, qui existe depuis cinq ans est aussi en danger. Traverser des périodes aussi complexes que ça, sans effort sur les loyers, sur les charges fixes, c'est totalement impossible", exprime Olivier Dupuis, patron de deux restaurants à Toulouse (Haute-Garonne). Manque d'anticipation Le gouvernement doit annoncer jeudi 29 octobre de nouvelles aides, notamment sur les loyers. Dans ce restaurant du Morbihan, les stocks sont pleins. Le restaurant attendait 180 convives ce week-end pour fêter la Toussaint. Marilyne Delamotte, gérante, regrette le manque d'anticipation du gouvernement : "on est dans la même situation qu'au 14 mars quand on nous a appris qu'on fermait à minuit. On a l'impression que rien n'a été plus anticipé que lors de la première vague".