Reconfinement : quelles sanctions pour les contrevenants ?

Les premiers jours du confinement, les policiers parlaient de tolérance. "Il y a eu une tolérance pour tous ceux qui n'avaient pas de justificatif et qui pouvaient prouver un retour de vacances, mais pour les autres, la police a verbalisé sans attendre", explique la journaliste Nathalie Perez sur le plateau du 12/13, lundi 2 novembre. Depuis jeudi 29 octobre minuit, près de 100 000 contrôles liés au non-respect du confinement ont eu lieu en France. Il y a eu 5 296 verbalisations. Jusqu'à 3 750 euros d'amende Lors du premier confinement, plus de 20 millions de personnes ont été contrôlées, et plus d'1 million de contraventions avaient été dressées, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur. Mais que risquent les contrevenants ? "Les amendes sont les mêmes qu'au premier confinement : sans justificatif, c'est 135 euros. En cas de récidive, cela peut aller jusqu'à six mois d'emprisonnement et 3 750 euros d'amende", précise Nathalie Perez. Pour les fêtes sauvages organisées chez des particuliers, les policiers ne sont pas habilités à verbaliser dans un lieu privé. "En revanche, ils le peuvent dans le cas d'une flagrance : c'est-à-dire si les voisins appellent la police pour tapage nocturne, par exemple", conclut la journaliste.