Reconfinement : pourquoi rallonger les vacances de février paraît compliqué... mais pas impossible

Valentine Joubin, Alexis Morel
·1 min de lecture

Alors que le gouvernement étudie l'hypothèse d'un reconfinement, le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy suggère de le coupler à un allongement des vacances de février pour ralentir la propagation des variants du coronavirus. "On peut imaginer de fondre toutes les zones en une seule, de décider de fermer les écoles trois semaines au lieu de deux, et de confiner sur cette période", explique-t-il, mardi 26 janvier, dans une interview à Libération. Les établissements scolaires ne rouvriraient qu'au début du mois de mars, dans le scénario proposé par le professeur Delfraissy. Mais cette fusion des zones A, B et C – une option qui fait partie "des pistes étudiées", explique le ministre de l'Education nationale pose un certain nombre de difficultés pratiques.

Parce que les enseignants et les établissements ont besoin de temps pour s'y préparer

Toucher au calendrier scolaire, à dix jours du premier jour des vacances de la zone A, est un sujet extrêmement sensible pour les enseignants qui manifestent mardi pour demander, notamment, un plan d'urgence pour l'école. "On a à peu près une proposition par jour et on le voit sur le terrain, il est impossible de s'y préparer", déplore Guislaine David, co-secrétaire générale et porte parole (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi