Reconfinement : pourquoi la grande distribution recourt cette fois au chômage partiel

·1 min de lecture

Alors qu’elle n’y avait pas eu recours lors du premier confinement au printemps, la grande distribution actionne cette fois-ci le levier du chômage partiel pour une partie de ses salariés. A tour de rôle, plusieurs grandes enseignes ont lancé la procédure ces derniers jours et dans certains hypermarchés, le chômage partiel est déjà en place. Au grand dam des syndicats, qui critiquent cette décision. 

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation samedi 14 novembre

La fermeture des rayons non-essentiels

Chez Carrefour, le dispositif est par exemple effectif depuis deux jours, avec des salariés qui, dans certains hypers et supermarchés, ne travaillent plus qu’à 50% de leur temps. Dans le groupe Casino, ce sont les magasins Monoprix et les hypers Géant qui sont concernés avec un taux de chômage partiel qui varie selon les magasins. Même chose chez Auchan où l’application du dispositif se fait magasin par magasin.

Partout, c’est la décision gouvernementale d’interdire la vente dans les rayons non-essentiels qui est invoquée. "Quand on ne peut plus vendre de jouets, de vêtements, de gros électroménager, de livres ou d’articles de décoration, on peut redéployer une partie des vendeurs dans d’autres  rayons, mais ça a ses limites", a confié vendredi à Europe 1 la direction d’une grande enseigne. 

Un moyen de pression selon les syndicats

Les syndicats s’insurgent contre ce recours à la manne publique du chômage partiel. "On a le sentiment d’une opération coordo...


Lire la suite sur Europe1