Reconfinement : malgré la crise sanitaire, les Français célèbrent la Toussaint

À en juger l'affluence sur un stand de fleurs de Calais (Pas-de-Calais) dimanche 1er novembre, difficile de croire que la France est en plein reconfinement. "On ne voit pas tellement la différence", témoigne le fleuriste. Dans le cimetière de la ville, les tombes ont déjà presque toutes été fleuries à la mi-journée. Une famille vient se recueillir sur celles de trois proches disparus, dont l'époux de Ginette, âgée de 85 ans. "On vient toutes les semaines ; ça fait sept ans", témoigne-t-elle, en précisant ne pas avoir peur de se rendre au cimetière, malgré la crise sanitaire. L'affluence devrait se maintenir tout le week-end de la Toussaint Entretenir les sépultures, les fleurir ; une tradition aussi pour un couple, quelques allées plus loin. Il vient ici chaque semaine et le reconfinement ne changera pas ses habitudes. "Nos papiers sont remplis, on fait comme c'est demandé", indique le mari. L'affluence dans le cimetière devrait se maintenir tout le week-end du 31 octobre ; le gouvernement a promis de la tolérance pour la Toussaint.