Reconfinement : les maires à la rescousse des petits commerçants

Malgré le reconfinement, les habitants d'Embrun (Hautes-Alpes) ont manifesté, samedi 31 octobre au matin, pour la survie de leur centre-ville. "La fermeture deux fois dans une année, c'est le coup de grâce", dénonce une habitante. Chantal Eymeoud, la maire (UDI) de la commune a participé au défilé : elle appelle le gouvernement à revoir ses copies. Elle demande à ce que "les commerces non-essentiels respectant parfaitement les contraintes sanitaires puissent rester ouverts pendant la période de confinement". Un arrêté municipal pour maintenir les commerces ouverts À Yerres (Essonne), les commerces étaient ouverts samedi 31 octobre au matin ; une décision prise par arrêté municipal. Malgré le document, Isabel Sequalino, propriétaire d'un magasin de chaussures dans la ville, le sait : en recevant du public, elle risque une amende, voire la fermeture de son commerce. "Si on ne fait rien, on est mort, estime-t-elle. Je préfère vivre, même si je suis en prison".