Reconfinement : l'IVG médicamenteuse à nouveau permise jusqu'à 9 semaines

·1 min de lecture

L'accès à une interruption volontaire de grossesse médicamenteuse à domicile est à nouveau étendu jusqu'à neuf semaines d'aménorrhée pendant le reconfinement afin de limiter les consultations en milieu hospitalier tout en garantissant le droit à l'avortement, a annoncé lundi le gouvernement.

 

 >> EN DIRECT -Coronavirus : suivez l'évolution de la situation lundi 9 novembre

 

Une mesure déjà prise pendant le premier confinement

Cette mesure, déjà prise au printemps lors du premier confinement, vise à "prévenir les éventuelles difficultés d'accès à l'IVG, conséquences à la fois de la forte mobilisation de notre système hospitalier et de la limitation des consultations qui y sont réalisées", ont indiqué dans un communiqué le ministre de la Santé, Olivier Véran, et la ministre déléguée à l'Egalité, Elisabeth Moreno. L'IVG médicamenteuse, qui peut être prescrite par un médecin libéral, une sage-femme ou être réalisée à l'hôpital, est normalement accessible jusqu'à sept semaines d'aménorrhée (date des dernières règles) pour les pratiques à domicile et neuf semaines en milieu hospitalier.

 

L'ESSENTIEL CORONAVIRUS

> Coronavirus : vers une alternance entre déconfinement et reconfinement ?

> Confinement : voici les attestations à télécharger pour se déplacer

> Quand est-on cas contact ? Et autres questions que l'on se pose tous les jours

> Coronavirus : les 5 erreurs à ne pas commettre avec votre masque

> Le port du masque favorise-t-il la mauvaise haleine ?

 

La téléconsultation ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles