Reconfinement: les librairies ferment, les rayons livres des grandes surfaces aussi

·2 min de lecture

Face à la fermeture des librairies indépendantes en France en raison du nouveau confinement, la polémique prend de l’ampleur. Après des prix littéraires reportés et des appels au boycott d'Amazon, le gouvernement a décidé ce vendredi 30 octobre que la grande distribution devait fermer momentanément ses rayons livres et culture.

L’annonce intervient alors que de nombreux acteurs culturels regrettaient que les librairies doivent rester fermées aux termes des règles présidant au nouveau confinement.

Les librairies ne font pas partie de la liste des commerces dits « essentiels » autorisés par le gouvernement à rester ouverts durant le confinement. Ils peuvent toutefois effectuer des livraisons ou proposer le retrait de commandes, à la porte du magasin, ce qu’on appelle le click and collect.

La Fnac et Darty, des commerces essentiels

Un peu plus tôt vendredi, le groupe Fnac-Darty - dont les magasins vont rester ouverts pendant le confinement - avait également annoncé qu'il fermerait ses rayons culture pour les 15 prochains jours, « dans un souci de responsabilité ». Les quelques 300 magasins Fnac et 500 Darty, considérés comme commerces essentiels, ne souhaitent pas se mettre en concurrence déloyale avec les librairies. Une décision qui a du poids venant du premier libraire de France.

Dès ce samedi matin, l'ensemble des rayons culture du groupe sera donc fermé pour les 15 prochains jours, en attente de nouvelles annonces du gouvernement français. Pas question cependant de fermer tout, car la période des fêtes qui débute constitue l'essentiel des ventes et du résultat de l'enseigne multi-spécialiste.

Des appels à rouvrir les librairies viennent également des rangs politiques : de l'ancien président français François Hollande, de la maire de Paris Anne Hidalgo ou encore de l'ex-ministre de la Culture Jack Lang. Ils estiment l'accès à la culture comme essentiel, tandis que le critique littéraire François Busnel a créé une pétition en ligne pour rappeler qu'avec la fermeture des librairies, le pays se priverait « de son meilleur bataillon pour affronter l'obscurantisme ».

►À lire aussi: Face à Amazon, les librairies indépendantes font de la résistance