Reconfinement : Jacob pointe le "risque de perdre des deux côtés", économique et sanitaire

·2 min de lecture

Le président des Républicains Christian Jacob a fustigé mercredi la gestion de la crise sanitaire, estimant qu'"on risque de perdre des deux côtés : ne pas endiguer l'épidémie et mettre à plat notre économie".

Le président des Républicains Christian Jacob a fustigé mercredi la gestion de la crise sanitaire, estimant qu'"on risque de perdre des deux côtés: ne pas endiguer l'épidémie et mettre à plat notre économie". "Le 'en même temps' ne fait que des perdants", a-t-il ajouté devant l'association des journalistes parlementaires (AJP). Fustigeant "un désordre sans précédent" et l'absence de "ligne claire" dont "la responsabilité revient directement au Président de la République", il a déploré le "manque de concertation, le manque d'anticipation" et le fait qu'"aucun enseignement" n'ait été tiré du premier confinement.

"Une majorité qui part un peu à vau-l'eau"

Christian Jacob a également critiqué "une majorité qui n'en est plus une, qui part un peu à vau-l'eau" en soulignant que LREM avait été "incapable de rassembler sa majorité" mardi au Parlement, lorsque l'opposition a réussi à ramener à mi-décembre la fin de l'état d'urgence (au lieu de mi-février). "Il y un moment où les présidents de groupe doivent être dans l'hémicycle. Hier il en manquait un: monsieur Castaner", a lancé l'ancien patron des députés LR, en raillant des ministres "qui arrivent à tour de rôle, en fonction de leur agenda, de leurs dîners vraisemblablement".

Lire aussi :Coronavirus : L'Assemblée débat sans fin, Olivier Véran sort de ses gonds

Selon une journaliste de l'AFP, Christophe Castaner n'était pas présent au moment du vote de deux amendements de l'opposition dont celui raccourcissant la durée de l'état d'urgence sanitaire, mais il était ensuite sur les bancs de la majorité et s'est exprimé dans l'hémicycle.

Christian Jacob a par ailleurs déploré "un lien direct entre terrorisme et politique migratoire incontrôlée" et a appelé à "revoir de fond en(...)


Lire la suite sur Paris Match