Reconfinement : les grandes surfaces contraintes de fermer leurs rayons de produits "non-essentiels"

Mercredi 4 novembre, dès son ouverture, un magasin lyonnais (Rhône) procède aux derniers emballages de rayons. Bâches et cellophanes condamnent désormais les produits interdits à la vente, en raison de la révolte des petits commerçants après l'entrée en vigueur du reconfinement et la fermeture de leurs boutiques, vendredi 30 octobre. Un dispositif que découvrent les clients dans la matinée. "Ça instaure un climat un peu bizarre", estime une consommatrice. L'alimentation, l'hygiène, l'entretien, la puériculture et le bricolage toujours accessibles Désormais, il est impossible d'acheter des fleurs, des vêtements, des livres, des CDs, des jouets et du mobilier en grande surface. Des produits considérés comme non-essentiels, qui représentaient en moyenne 13 % du chiffre d'affaires des supermarchés et hypermarchés en novembre 2019. L'alimentation, l'hygiène, l'entretien, la puériculture et le bricolage restent accessibles. En cas de non-respect de la loi, les grandes surfaces risqueraient une sanction financière, voire une fermeture administrative.