Reconfinement: la grande galère des coursiers

« Y’a plus de travail ! J’arrive à peine me faire 30 à 50 balles par jour !». Avec le chômage et le télétravail, le métier de coursier fait des émules, mais avec les restaurants fermés et l’interdiction de la vente à emporter à Paris à partir de 22H00, le travail se raréfie.