Le reconfinement évoqué par Castex en cas de "dégradation épidémique forte"

Grégory Rozières
·Chef de rubrique Science et Environnement
·1 min de lecture
Le reconfinement évoqué par Castex en cas de "dégradation épidémique forte"

SCIENCE - La France ne veut pas faire comme tout le monde. Jeudi 14 janvier, Jean Castex a annoncé que le couvre-feu dès 18 heures sera étendu à l’ensemble de la France métropolitaine. Pour autant, un troisième confinement n’est pour l’instant pas nécessaire pour empêcher une reprise incontrôlée de l’épidémie de coronavirus, a affirmé le premier ministre.

Mais rien n’est acquis. “Si nous constatons dans les prochains jours une dégradation épidémique forte, nous serions conduis à décider sans délai d’un nouveau confinement”, a-t-il expliqué.

Jean Castex n’a pas précisé en détail à quoi pourrait bien ressembler une “dégradation épidémique forte”. Mais il suffit de regarder nos voisins européens pour se faire une idée.

Ces derniers jours, des hausses extrêmement importantes du nombre de cas confirmés de Covid-19 ont été enregistrées en Angleterre, en Irlande, au Portugal (où un confinement est en cours) ou encore en Espagne. Alors même que quelques semaines plus tôt, la situation sanitaire y était plutôt similaire à ce qu’il se passait en France.

Comme on peut le voir dans le graphique ci-dessus réalisé par Our world in data, les récentes vagues qui ont touché ces pays ont été abruptes.

Si la hausse au Royaume-Uni en général, depuis début décembre, avait semblé très forte à l’époque, celles observées ces derniers jours au Portugal et en Espagne sont encore plus impressionnantes. En moins de dix jours, le bilan quotidien espagnol a plus que doublé. Il a été multiplié par trois au Por...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.