Reconfinement et dépression : les anxiolytiques, ça ne doit pas être automatique

·1 min de lecture

Avec le reconfinement, la consommation d'anxiolytiques (comme le Xanax, Valium ou Seresta) pourrait augmenter comme lors du premier confinement. Les prescriptions avaient alors bondi de 20%, soit un million d'ordonnances supplémentaires. Le problème, c'est qu'il ne faudrait pas prendre de mauvaises habitudes, alerte le docteur d'Europe 1 Jimmy Mohamed. Une consommation régulière peut en effet entraîner des effets secondaires importants.

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation vendredi 6 novembre

Somnolence, accoutumance, manque...

Ces médicaments peuvent entraîner "des troubles de la mémoire, de la somnolence, un risque d’accidents et de chutes notamment chez les personnes âgées", rappelle le médecin. Ensuite "une dépendance, avec un phénomène de tolérance". Si vous prenez ce médicament pendant un certain temps, par exemple trois comprimés par jour, au bout d'un moment "ces trois comprimés ne vont pas suffire à votre cerveau et vous aurez besoin d'un peu plus".

Enfin dernier effet secondaire à ne pas négliger : "Le phénomène de sevrage. Si vous en prenez pendant très longtemps, et que vous arrêtez brutalement cette consommation, vous allez être en manque et vous sentir angoissé, agité, dans un état second."

 

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Prendre la dose minimale efficace 

Ces traitements sont donc loin d'être anodins. Pour autant, pas question de stigmatiser les personnes qui prennent des anxiolytiques. Mais quelques r...


Lire la suite sur Europe1