Reconfinement: les cinémas ferment alors qu'ils signent une semaine record

Louise Wessbecher
·Journaliste cheffe de la rubrique culture, médias et divertissement
·3 min de lecture
Photo d'illustration de l'entrée du cinéma 5 Caumartin à Paris, le 21 juin 2020 après la réouverture des salles post-confinement lié au Covid-19 (Photo: Abdulmonam Eassa / AFP)
Photo d'illustration de l'entrée du cinéma 5 Caumartin à Paris, le 21 juin 2020 après la réouverture des salles post-confinement lié au Covid-19 (Photo: Abdulmonam Eassa / AFP)

RECONFINEMENT - Les entrées au cinéma étaient, pour la première fois, remontées au niveau d’avant confinement cette semaine. Mais l’annonce du reconfinement par Emmanuel Macron douche ces espoirs. À compter de ce jeudi soir minuit, ou 21h dans les régions qui étaient déjà sous couvre-feu, les salles de cinéma vont devoir baisser le rideau jusqu’au 1er décembre a minima.

3,2 millions: c’est le nombre de Français qui se sont rendus au cinéma entre le 21 et le 27 octobre sur tout le territoire pour voir “Adieu les cons”, “Poly” ou “Peninsula”. Jamais les entrées en salles n’avaient été si nombreuses depuis le mois de février dernier, soit avant le début du premier confinement. “On avait tout juste réussi à maintenir une petite fréquentation avec des films qui trouvaient leur public”, confiait au HuffPost Didier Lacourt, directeur de la distribution et de la programmation chez Diaphana, quelques jours plus tôt.

Oui, mais voilà, l’annonce d’un nouveau confinement dès ce vendredi 30 octobre met un stop à ce bel élan. Comme les bars, restaurants ou les commerces “non essentiels”, les salles de cinéma doivent baisser le rideau. Les entreprises de l’événementiel, du cinéma et du spectacle vivant “seront fermées” le temps du confinement, a confirmé ce jeudi 29 octobre le Premier ministre Jean Castex, quand le discours du président n’avait jusque là pas fait mention du monde de la culture.

Seule petite éclaircie au tableau: les tournages de films et séries, eux, vont pouvoir se poursuivre à condition qu’ils appliquent avec rigueur les mesures anti-Covid. “Pour la culture, nous autorisons le travail préparatoire aux spectacles, les répétitions, les enregistrements et les tournages afin de préparer les activités de demain”, a-t-il précisé Jean Castex devant l’Assemblée nationale.

“Tant d’efforts fichus!”

“Le message est clair: le cinéma n’est pas considéré comme une activité essentielle”, concède Jocelyn Bouyssy, directeur général du réseau CGR, à Télérama. Déjà largement impacté par le confinement et les semaines qui ont suivi - les cinémas n’avaient pu rouvrir leurs portes que le 22 juin - le 7e art ne cache pas sa détresse aujourd’hui.

“Le gouvernement a été un vrai soutien pour le chômage partiel, et les aides débloquées nous aident à tenir. Je comprends, évidemment, que des mesures doivent être prises pour endiguer le virus, mais depuis le 22 juin, il n’y a eu aucun cluster dans les salles de cinéma. Les spectateurs reprenaient confiance, nous avions réorganisé les séances en fonction du couvre-feu, tant d’efforts fichus!”, réagit Éric Lagesse, patron de Pyramide et co-président de DIRE, le syndicat professionnel des distributeurs indépendants, à nos confrères.

Ce jeudi 29 octobre à 18h30, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot doit prendre la parole aux côtés de Jean Castex lors d’une conférence de presse destinée à préciser les modalités de ce reconfinement pour quatre semaines a minima. Tout laisse à penser que les seules bonnes nouvelles pour le cinéma passent par davantage d’aides financières.

En voulant mettre “un coup de frein brutal” à l’épidémie de coronavirus, Emmanuel Macron fait caler le monde de la culture.

A voir également sur Le HuffPost: Macron annonce un reconfinement de toute la France dès vendredi

LIRE AUSSI

Le reconfinement ne fait pas sauter de joie dans collèges et lycées

Reconfinement: Les librairies demandent à être considérées comme commerces essentiels

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.